L’irrigation d’appoint consiste à apporter un complément d’eau nécessaire au développement de la culture durant un ou plusieurs stades phénologiques. L’eau est apportée en quantité suffisante pour palier aux déficits pluviométriques temporaires.

Les programmes d’expérimentation de l’irrigation d’appoint menés au niveau des fermes expérimentales de l’ITGC ont porté principalement sur l’effet de l’apport d’irrigation d’appoint sur l’amélioration de la productivité des céréales à travers la détermination de la période d’irrigation et la quantité d’eau favorable à l’amélioration de la productivité des céréales.

Une meilleure connaissance des besoins en eau de culture Permet une utlisation rationnelle de l’eau

Le recours à l’irrigation d’appoint devient indispensable afin de palier à un déficit hydrique qui peut survenir en phase d’instalation et d’élaboration du rendement des cultures , affectant ainsi la stabilité de la production d’une année à une autre .

Les travaux effectuées montrent que :

Dans les plaines sublittorales semi-arides de l’ouest et centre ,à pluviométrie moyenne de 320 mm et 450 mm, la réponse à l’eau des varietées de blé dur et tendre n’est positive qu’à partir d’une irrigation de complément à 50% de la capacité au champ . les gains de rendement peuvent atteindre de 31.82 et 43q/ha.

Dans les hauts- plateaux de l’est zone potentiel nord de Sétif , dont la pluviométrie moyenne est de 375mm), une quantité de 55mm apportée aux stades montaison –gonflement a permis un gain de rendement de 17q/ha .

Dans les hauts- plateaux de l’est zone sud de Sétif , pluviométrie moyenne ne dépasant pas 295mm ) , une quantité de 63 ,75 mm dont 70% sont apportés aus stades floraison et remlplissage de grain , a permis des gains en rendement de l’ordre

 

 

img_divider

Quelques résultats d’expérimentation de l’irrigation d’appoint.